Devenir auto entrepreneur décorateur intérieur

Quel statut juridique choisir pour pouvoir exercer en tant que décoratrice d’intérieur ou décorateur d’intérieur ? Voilà une question que beaucoup se posent, que ce soit pour changer de statut alors qu’elles ou ils sont salariés ou avant même de débuter dans le métier. L’occasion de voir dans cet article si devenir auto-entrepreneur décorateur d’intérieur et l’appartenance au régime fiscal de la micro-entreprise est une bonne idée ou s’il est préférable de choisir un autre statut juridique.

Avantages du statut pour devenir auto-entrepreneur décorateur d’intérieur

decorateur auto entrepreneur

Il faut savoir tout d’abord, que ce soit pour exercer un métier en rapport avec la décoration ou autre que le statut d’auto-entrepreneur présente de nombreux avantages pour les personnes qui veulent pouvoir se lancer facilement.
En effet, ce dernier est très largement allégé au niveau des démarches administratives en comparaison des autres statuts juridiques de création d’une société. À ce niveau-là, c’est l’idéal pour les personnes qui ne sont pas très à l’aise avec les papiers.
Comme le statut juridique de l’auto-entreprise est en franchise de TVA, cela veut dire que vous n’aurez pas de déclaration de TVA à effectuer chaque mois.
En ce qui concerne l’imposition, vous pourrez choisir le prélèvement forfaitaire de l’impôt et vous serez imposé(e) à hauteur d’approximativement 22% de votre chiffre d’affaires. 22% auxquels viendront se greffer des cotisations sociales allégées (relativement faibles du fait que vous ne cotiserez pas pour le chômage (nous y reviendrons plus bas)).

Ces chiffres étant évolutifs au fil des ans, vous pouvez compter une rémunération mensuelle aux alentours de 75% de votre chiffre d’affaires, rémunération de laquelle vous devrez aussi défalquer la CFE (Cotisation Foncière des Entreprises), à payer une fois par an pour avoir le droit d’exercer et qui varie en fonction des communes. La CFE se situe généralement dans une fourchette comprise entre approximativement 300€ et approximativement 500€ au moment où nous écrivons ces lignes (NDLR : 20.04.2021) sachant que c’est assez peu évolutif d’un an sur l’autre en règle générale.

En aparté, cet article sur la question des études peut aussi vous intéresser : devenir décoratrice d’intérieur sans diplôme.

En tant que future décoratrice d’intérieur ou futur décorateur d’intérieur, votre activité sous le régime de l’autoentreprise pourra être classifiée de deux façons différentes, suivant que vous vouliez limiter votre activité à du conseil ou suivant que vous vouliez pouvoir effectuer tout ou partie des travaux par vous-même. Soyez prévoyant sur ce point si vous voulez devenir auto entrepreneur décorateur d’intérieur ou décoratrice d’intérieur car la limite de chiffre d’affaires autorisée (72500€) est vite atteinte et on parle bien de chiffre d’affaires, pas de recettes.

Inconvénients du statut pour devenir auto-entrepreneur décorateur d’intérieur

Bien évidemment, ce serait trop beau que le statut ne présente que des avantages. Il présente aussi quelques inconvénients comme vous devez vous en douter.

Comme nous l’avons vu précédemment, la limite de chiffre d’affaires est vite atteinte et correspond beaucoup plus qu’on ne le pense à un début d’activité car il y a aussi – au-delà du seuil de CA annuel – une certaine régularité à observer en lissant ce chiffre d’affaires à l’année. Ainsi, si vous dépassez un certain seuil de chiffre d’affaires à un instant T, vous serez contraint de déclarer la TVA voire de changer de statut pour quitter celui de l’auto-entreprise. Si cela doit être le cas, mieux vaut que cela soit anticipé que d’y être contraint par ce non respect du prorata temporis.

Ensuite, la couverture sociale n’est pas optimisée comme peut l’être celle des personnes qui évoluent avec un statut de salarié(e) (que vous ne pouvez pas vous octroyer en tant qu’auto-entrepreneur, contrairement à d’autres statuts de micro-entreprise) et il n’est pas toujours évident d’être dument et correctement indemnisé en cas de maladie ou autre, sans même parler du chômage pour lequel vous ne seriez pour le moment pas éligible au moment où nous écrivons ces lignes (NDLR : 20.04.2021).

Enfin, en tant qu’auto-entrepreneur ou auto-entrepreneuse dans le secteur de la décoration d’intérieur (comme dans n’importe quel autre), vous ne pourrez pas bénéficier d’aide(s) ou beaucoup plus difficilement et vous ne pourrez pas prendre de stagiaire(s) par exemple.

Conclusion sur le choix de l’auto-entreprise en déco d’intérieur

En conclusion, le statut juridique de l’auto-entreprise présente des avantages et des inconvénients dans une balance relativement équilibrée et qui penchera en faveur du pour ou du contre avant tout en fonction de la conception que vous avez de votre activité future et de l’ambition que vous avez pour elle.
À titre d’exemple, le choix de ce statut juridique d’entreprise peut par exemple être idéal en complément d’une autre activité, surtout si cette dernière est salariée (que ce soit à temps plein ou à temps partiel). En revanche, vous pourriez vous sentir rapidement limité(e) par ce statut au niveau du chiffre d’affaires si vous pratiquez à temps plein, d’autant plus si vous voulez provisionner en prévision de périodes plus délicates pour les raisons évoquées précédemment en matière de couverture.

C’est donc plus votre profil d’entrepreneur ou d’entrepreneuse qui fera la différence ici et nous vous invitons quoi qu’il arrive à vous documenter largement avant de vous lancer à votre propre compte pour savoir si devenir auto entrepreneur décorateur d’intérieur / décoratrice d’intérieur est une bonne idée ou s’il vaut mieux s’orienter vers un autre statut juridique : EIRL, EURL, SASU, etc.

Pour tout ce qui concerne le statut d’autoentrepreneur et pour vous documenter plus en détail de manière à savoir si c’est un choix judicieux pour exercer un métier dans la décoration d’intérieur, nous vous invitons à aller consulter le site autoentrepreneur des URSSAF.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*